Jury Festival SPASM 2018

Jury Festival SPASM 2018

Like
675
0
mercredi, 26 septembre 2018
Nouvelles

Nous sommes très heureux de vous dévoiler les trois réalisateurs qui composeront le jury de la 17e édition du Festival SPASM, qui se tiendra du 18 au 27 octobre 2018.

Ils succéderont à des cinéastes et artistes comme RKSS, Ricardo Trogi, Robin Aubert, Kim Nguyen, Lawrence Côté-Collins, Phylactère Cola, Izabel GrondinJean-François Rivar, ainsi que les prolifiques duos Blood Brothers et Sébastien Landry/Laurence « Baz » Morais du jury SPASM 2017.

Cette année encore, on poursuit la tradition d’inviter de jeunes cinéastes qui en sont souvent à leur premier long métrage et, ont souvent déjà été de passage à SPASM pour y présenter de leurs courts métrages. Alors sans plus tarder, les voici:

ARA BALL

Cinéaste et voyageur, ce cinéaste passionné ne s’impose aucune limite. Né à Montréal en 82, Ara est l’enfant d’un Québécois et d’une Britanique/Libanaise. Son milieu familial, au côté artistique très développé, le plonge dans le monde de l’art dès son jeune âge. Son premier film, L’Ouragan Fuck You Tabarnak!, fera son entrée dans plus de 60 festivals, dont SPASM où il gagne le Prix du jury, et est nommé dans la catégorie Meilleur court métrage au Prix Jutra. Son deuxième court, Le Pédophile, est également en nomination au Jutra. Son troisième film, Vie d’ruelles remporte à son tour 7 prix, dont meilleur court métrage aux RVCQ. En 2018, c’est la sortie de son premier long métrage, Quand L’amour se creuse un trou, qui poursuit encore sa tournée en salle à travers le Québec.

PASCAL PLANTE

Depuis sa sortie des classes de l’Université Concordia à Montréal, Pascal Plante a réalisé de nombreux courts métrages, incluant Drum de marde! (SPASM 2015 et Slamdance 2016), Blonde aux yeux bleus (Meilleur court métrage Canadien, VIFF 2015), et Nonna (Slamdance 2017). En automne 2017, Pascal a complété son premier long métrage de fiction, une romance punk intitulée Les faux tatouages, (Grand Prix Focus Québec/Canada, FNC 2017 + Berlinale 2018). Pascal s’auto-décrit comme un cinéphile devenu cinéaste de fiction aux tendances de documentariste.

 

SIMON LAVOIE

Simon Lavoie signe plusieurs courts, dont Une chapelle blanche (Prix Jutra 2006), puis réalise son premier long en 2008, Le déserteur. S’ensuit Laurentie (coréalisé avec M. Denis) lancé à Karlovy Vary en 2011, primé au Raindance Film Festival à Londres et au Polar Lights Film Festival de Saint-Pétersbourg. En 2012 il signe Le torrent, adapté d’une nouvelle d’Anne Hébert, puis refait équipe avec M. Denis pour Ceux qui font les révolutions à moitié n’ont fait que se creuser un tombeau (meilleur film canadien au TIFF 2016, mention spéciale pour l’Ours de cristal à la Berlinale). La petite fille qui aimait trop les allumettes, son cinquième long métrage librement adapté de Gaétan Soucy, reçoit une mention honorable du jury du meilleur film canadien au TIFF 2017 et lui vaut des critiques élogieuses.

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Pin on PinterestShare on Reddit

Comments are closed.